Interview : Wendy James

Publié le par Léo Catonnet

Cet article paraitra dans le prochain DirrtyGlam (dirrtyglam.com)


Wendy James est de retour avec un nouvel album solo intitulé I Came Here To Blow Minds. Cet album, enregistré en France au studio APC succède aux deux albums de son groupe Racine et à l’album que lui avait concocté Elvis Costello en 1993, à la dissolution de son premier groupe, Tranvisionnal Vamp.

 

Servant depuis 1986 une musique déchirante à la limite entre le glam et le punk, Wendy a souvent été considérée comme la « Blondie d’Europe ». Et a priori, ce ne sera pas cet album qui inversera la tendance. Car si les guitares se sont épaissies et la batterie alourdie, sa voix puissante et profonde garde encore et toujours son accent infantile et fait décoller cette heavy-pop crado sans encombre. Un chant qui fait penser à un coup de poing a travers un miroir. 

 

La vétéran du glam, toujours aussi jeune dans sa tête et dans son corps, m’accorde un entretien avant de s’envoler pour l’Australie afin de mixer les douze chansons de ce nouvel LP avec Scott Horscroft. (The presets, Jet, Silverchair)

 

 

 

Alors, c’est ton premier album solo, si l’on exclu celui qu’Elvis Costello a écrit pour toi. Celui-ci est donc entièrement de toi ?
C’est le premier album de Wendy James, le premier que j’ai fait, écrit, produit et enregistré sous mon propre nom. Dans le passé j’ai été dans Transvision Vamp, Racine ou “Wendy James with Elvis Costello”. Dans Racine, j’ai tout écrit, j’ai produit bien sur… Mais je nous ai appelé – moi et les musiciens – “Racine”… Parce que quand je suis revenue à la musique après Transvision Vamp j’étais persuadée qu’une identité de groupe était plus puissante que celle d’un artiste solo. J’ai grandie en aimant des groupes, mon expérience entière dans la musique est une expérience de groupe, et l’est toujours. Désormais je trouve cela sympa d’être appelé par son propre nom : Bob Dylan, Jimi Hendrix, Patti Smith etc….

Mais en réalité il n’y a pas de différence entre Racine 2 et cet album dans la manière de faire… J’ai tout écrit et produit, et autour de moi il y a de merveilleux musiciens.

 

Tu trouves ça plus intéressant de tout faire ?

Mon seul but maintenant dans la musique c’est de continuer à aller de l’avant et de faire du bon rock’n’roll. De là ou cela commence – seule dans ma chambre avec une guitare – jusqu’à l’album mixé et pressé ou uploadé, mon seul désir est que les chansons fassent le parcours dans les meilleures conditions possibles, sans interférences. C’est ma vision d’auteur de la musique. C’est le sens de ma vie, c’est ce qui m’apporte du plaisir et ce qui me stimule. Dès que les chansons sortent, elle prennent vie d’elle-même. Ensuite j’adore jouer en concert, jouer avec autant d’honnêteté et d’intensité. Il n’y a que deux point sur lesquels j’ai un réel contrôle : ce que mes chansons sont, et comment elles sont jouées.

 

Et qu’est devenu Racine ?
Je suis toujours contente de Racine vol2 J’aime  “I’m Freaking Out’, j’aime “Bitter Funny” j’aime “Stoned, Ripped And Twisted” et j’aime “You’re A Good Man, Sister”… Et bien sur toutes ces chansons seront jouées dans le set live. Les deux albums de Racine sont en vente sur iTunes et je suis fière d’eux… Mais j’ai fait le pire deal qu’une personne peut faire, une expérience très difficile. J’aurais aussi bien pu prendre tout mon argent et le jeter dans les chiottes. J’ai vendu la licence à une organisation old-shool qui croyait qu’il n’y aurait rien à faire, et que le truc aurait juste survécu de lui-même. Mais ce n’est pas vrai pour tout les albums, il y a tant de sorties digitales chaque jours, il faut rester compétitif ; on ne peut juste croiser les doigts. Alors qu’est-ce que je peux te dire ? J’adore Racine 2… Mais il s’est fait baisé. C’est ma faute, mais pas vraiment. Pour tout te dire c’était un de ces moment “Gestalt”, ou tu te sens mal dans ton corps… « Plus jamais ! »

Mais – comme je te l’ai dit – ma musique reste bonne, donc je suis heureuse. « Fuck it ! »

 

Tu as enregistré ce dernier album à Paris, avec des musiciens français. Pourquoi ce choix, et comment c’est arrivé ?
A vrai dire, ce nouvel album est la plus heureuse des expériences créatives de ma vie. Ca a commencé à New York, j’ai enregistré les démos au studio de Sonic Youth, où j’avais déjà travaillé sur Racine 2, juste moi et ma guitare, et c’était drôle. J’étalais les chansons l’une après l’autre, et Lee Ranaldo s’amusait à tournoyer dans son fauteuil en faisant : « Hmm hmmm »…

C’est après avoir enregistré les démos que j’ai commencé à penser aux musiciens… Et je voulais vraiment changer des mecs qui avaient joués sur Racine 2. J’ai perdu le guitariste que j’appréciait beaucoup, (ndr : Henric Strahl) il a décidé de s’installer en Norvège et de trouver un vrai job ! (rire) Quand j’enregistre je pense toujours à lui… Je parle grâce à ma guitare, alors c’est important pour moi d’avoir un “frère de sang” de la guitare.

Tu sais, les musiciens de Racine j’ai fait trois tournées avec eux, j’avais besoin de changer. Et en même temps j’étais folle de la scène française et plus particulièrement la scène parisienne. J’adore les BB Brunes, Brooklyn, les Shades, Rock’n’Roll… J’ai croisé les filles de Plasticines à Londres… Dès que j’aimais un bon groupe indie c’était des parisiens.

 

Et en Angleterre, aux USA ?

En Grande Bretagne à part le fascinant Doherty il n’y avait pas grand chose qui m’intéressait… Si, les Artic Monkey, mais pas plus que ça. Et en Amérique c’est plus rock, tu vois : QOTSA, Eagles of Death Metal… Et bien sur mes favoris, les Black Lips ! Ah et aussi Jack White, surtout The Raconteurs…

 

Ca fait déjà pas mal, comment tu en es arrivé à enregistrer en France ?

En fait je me tâtais entre aller à LA ou Atlanta, ou même Nashville… Ou bien Paris. Et moi, toute ma vie, j’ai aimé Paris… Alors j’ai envoyé un e-mail à Jean Touitou, qui est un vieil ami, pour savoir s’il avait toujours son studio à A.P.C… C’était le cas, et il était libre pour moi. Il m’a alors branché avec Jeremie Orsel des Sagets, qui est devenu mon ami et mon guitariste sur cet album. Et il m’a aussi présenté Hadrien Grange, qui est devenu le gars polyvalent : batteur, ingénieur et confesseur… Je les adore tout les deux, et à nous trois on est vraiment devenus le noyau de cet enregistrement, aidés par un autre vieux compère d’APC, Grégoire Garrigues, qui s’occupait du studio et qui prenait soin de moi.

 

Et comment ça s’est passé ?

Tout cela a bien marché, c’était parfait ! Je me suis crue au paradis quand j’ai entendu Jeremie jouer de la guitare, et quand Hadrien a fait de la batterie… Ces gars, je suis tombée amoureuse d’eux… Amoureuse, amoureuse, amoureuse !! On a rit, on a chialé, on était passionnés et humbles. On a travaillé tellement dur… Et en quelques semaines, je tenais la meilleure œuvre musicale de ma vie. Je les aimerai à jamais pour l’esprit qu’ils ont apporté. Et bien sûr j’espère qu’on partira en tournée ensemble.

 

Tu es donc resté un bout de temps en France… Des anecdotes Parisiennes ?

Je vivais place de Clichy et je prenais le métro pour aller rue Madame. Une nuit je me suis fait arrêtée ! J’étais avec Jeremie et on avait fini notre soirée d’enregistrement, et on allait au Motel ou au Pop In pour rencontrer les potes d’Hadrien. Et j’ai jeté mon ticket car j’étais distraite à parler avec Jeremie. Et à Bastille il y avait des agents qui m’on demandé ce foutu ticket. Cinquante putains d’euros ! Dingue ! Le gars m’a dit : « Vous pouvez payer ou vous allez en garde-à-vue. » Pour cinquante euros je préférais aller en garde-à-vue. Jeremie voulait venir avec moi au poste, alors j’ai fini par trouver cinquante euros, et j’ai payé l’amende… Enculés !

 

Propos recueuillis par Léo Catonnet


Commenter cet article

DRYBABY 23/11/2009 15:41



Oui,Oui…


 


Mensonges de Wendy…!!!


 






N'oublie pas le site DryBaby et Wendy James..


 


http://drybaby1.blogspot.com/


 


(les choses VRAIES Wendy James  2009..)


 


Les images..!


 


Les Video..!


 


(103..oui c'est vrai!)


 


D-R-Y-B-A-B-Y


 


C'est le site époustouflant..!!!


 


http://drybaby.wordpress.com/2009/05/08/darling-i-fucking-fucking-fucking-adore-you/


 


http://drybaby.wordpress.com/2009/08/10/can-we-have-our-money-back-now-that-racine-have-broken-up-unexpectedly-as-predicted-wendy/


 


http://drybaby1.blogspot.com/2008/12/dont-think-twiceits-alright.html


 


http://drybaby.wordpress.com/2008/12/19/all-tomorrows-partiesno1/


 


http://drybaby.wordpress.com/2009/03/12/youre-on-fire/


 


http://drybaby.wordpress.com/2009/02/24/kate-moss-→-wendy-james-→-dopppppeee/


 


http://drybaby.wordpress.com/2008/12/24/have-yourself-a-merry-little-christmas-6/


 


http://drybaby.wordpress.com/2008/10/01/1988-2008/


 


http://drybaby.wordpress.com/?s=cocaine


 


http://drybaby.wordpress.com/?s=adonise+


 


http://drybaby.wordpress.com/?s=tits






 


Elle n'est pas "une étoile" en Europe.


 


Le band "Racine" …?


 


Ils étaient inpopulaires et rejetés par le public…!


 


C'est Vrai..


 


Au Revoir.


 


D-R-Y-B-A-B-Y






Léo Catonnet 03/12/2009 14:59


Tu brises à coup de masse et de bêtise la fine frontière entre investigation et diffamation. Au lieu de te focaliser connement sur le fait qu'elle ait pris de la coke et que sa dépendance ait
prématuré le vieillisement de sa peau. Tu pourrais réflechir et passer ton temps libre à des chose plus interéssante et constructives.

Je sais qu'elle n'était pas populaire en Europe puisqu'elle n'a percé qu'aux USA. Que Racine était rejeté par le public est (plutôt) normal, Racine c'est clairement de la musique experimentale et
ca vol un peu haut pour les non-melomane, je doute que tu en sois un(e).

Quand sous le pretexte d'amener la verité on ne fait que detruire le travail d'une vie; ce que l'on fait en quelques heures en fouillant les poubelles de l'inernet, on est un con, tu es con. Et ton
blog aussi rempli soit-il ne l'est que de merde, un ramassi de bullshit sans aucun recul.

Je ne te salut pas.