Luna Diva et l'arbre invisible

Publié le par Léo Catonnet

   Il était une fois, dans un petit village isolé, une jeune femme que l'on appelait Luna Diva. Elle était fichtrement belle, mais les gens dans le village ne l'aimaient pas. A cause de sa maladresse et de sa paresse. Mais ce qui dérangeait le plus sa mère et ses proches, c'était qu'un rien la distrayait. Elle planait toujours dans ses rêves, et parfois on pouvait lui parler pendant de longues minutes sans même qu'elle ne pose son regard sur nous.

 

Un jour, elle cassa une fois de plus une assiette en faisant la vaisselle, déclenchant la colère de sa mère. Luna partit en pleur, et décida d'aller faire un tour dans les environ du village. Alors qu'elle marchait sur le petit chemin de terre, celui là même qui, lorsqu'elle regardait droit devant, lui laissait croire qu'elle pouvait faire le tour du monde sans le quitter, elle aperçu un papillon qui attira son attention. Il était rouge vif, et très gros. Elle quitta donc le chemin, et suivit le papillon dans les prés. Luna gardait son sourire radieux et son attitude légère malgré les épines qui écorchaient ses pieds nus. Soudain, le papillon s'arrêta. Non pas sur une fleur, ni même sur une feuille ou sur la branche d'un arbre

Non, il s'était arrêté, en l'air.

 

Luna approcha doucement, intriguée. Le papillon s'envola au moment ou Luna tenta de le saisir, et Luna sentit sa main cogner contre quelque chose. Elle tâtonna l'air a l'endroit ou se trouvait le papillon et sentit l'écorce du tronc d'un arbre.

 

« Un arbre invisible ? » Se dit-elle.

 

Elle toucha un peu plus l'arbre, en caressa l'écorce. Soudain, l'arbre lui apparu, il était grand et beau, sûrement multi-séculaire. Luna fut tant séduite par la vision de cet arbre qu'elle ne put s'empêcher de grimper aux branches de celui-ci. Elle arriva presque tout en haut, sur la dernière branche qui pouvait supporter son poids. Elle regarda autour d'elle, elle s’était beaucoup éloignée du chemin de terre. Le paysage, de la haut, était magnifique, elle pouvait même apercevoir son village au loin.

La nuit tomba doucement, et Luna s'endormit sur la branche de l'arbre. Elle fut emporté dans de magnifiques rêveries. Cependant, au village, sa mère attendait Luna Diva. Quand fut arrivé minuit, sa mère redoubla d'inquiétude, et commença a alerter le village.

 

« Luna Diva a disparue, elle est partie et elle n'est toujours pas rentrée. Aidez moi ! » Criait la mère en descendant la grand rue.

 

Les gens commencèrent à sortir de chez eux, l'un d'entre eux proposa de chercher après Luna. Ils se séparèrent donc autour du village, fouillèrent les bosquets, les bois, les pâtures, les granges abandonnées, les abords du ruisseau. Pendant ce temps, Luna dormait toujours, rendue elle aussi invisible par l'arbre.

Plusieurs jour passèrent, Luna ne quitta pas le grand arbre invisible, qui lui fournissait de longues rêveries. Elle passait le plus clair de son temps à dormir ou a divaguer. Les villageois continuèrent de chercher après Luna pendant près de deux semaines, mais elle restait introuvable. Tout le village se résigna à faire le deuil de Luna Diva, sa mère était en pleurs.

 

Luna, elle, se lassa de la vie dans l'arbre invisible. Elle finit par descendre et retourna au village, elle ne se rendait pas compte du temps qu'elle avait passé dans ces branchages. Quand elle arriva, elle trouva tout le monde réuni sur la place du village, à regarder sa mère pleurer. Cette dernière leva les yeux vers sa fille, ceux de la foule suivirent.

 

Luna Diva s'attendait a se faire passer un savon. Mais sa mère courut a elle et la prit dans ses bras. Tout le village se mit à la porter en héroïne en scandant son nom. Le soir venu, ils firent une grande fête pour le retour de Luna, qui leur raconta l'histoire de l'arbre invisible, que les villageois croyaient bien sur tout droit sortit de son imagination.

Mais cela importait peu pour elle. Car maintenant elle avait trouvé sa place dans le village. Et ce jeune homme qui l’avait couvé de son regard toute la soirée l’avait demandé en mariage. Sans nul doute, le bonheur pousse sur les arbres pour Luna.

 


FIN

Publié dans Mes écrits

Commenter cet article