Album : Yeah yeah yeahs - "It's Blitz!"

Publié le par Léo Catonnet

   Qui n’a jamais pleuré en écoutant Maps ? Qui n’a jamais eu envie de tout casser en écoutant Y Control ? Qui n’a jamais rêvé devant les Yeah yeah yeahs ?

Devant leur chanteuse, Karen O, merveilleuse brune à la voix de cristal, émotive et émouvante, le guitariste Nick Zinner flegmatique et sachant faire déborder le son de sa guitare d’échos et de trucs indescriptibles sans pour autant le faire dégouliner, et Brian Chase batteur à la technique magique, sachant rendre les rythmes les plus simples incroyablement atypiques.


Martelés

Premières notes, martelées sur un synthé. Ok c'est clair, on est à fond dans l'electro cette fois. La voix entre, les nappes arrivent et nous emmènent, break... Gros beat ! Impossible de ne pas craquer son slip.

Si les Yeah Yeah yeahs sont définitivement dans l'émotion et le resenti, ils nous prouvent une fois de plus qu'ils sont capables de nous toucher avec tout les moyens imaginables. Zero est un tube interplanétaire, intergalactique même. Un truc qui ferait bouillonner le sang d'un reptile. 

Giclées            

On enchaine, on voit qu'on est face à un album très constant, où aucun "mauvais" morceau ne vient nous plomber le plaisir en cours d'écoute. On a certe envie de danser, mais aussi de planer, de simplement fermer les yeux et de tourner sur soit-même jusqu'à se peter la gueule et ne pas bouger, rendu amorphe par ces sacades de guitare qui nous giclent à la figure comme autant de filets de sperme.


Celtique et sympathique dans la même phrase

La musique est parfois inspirée, métissée. L'intro de Dull Life, sonne comme ces instruments chinois bizarres, c'est furtif et bien fait. Skeletons aussi, par exemple, a des sonorités celtiques sympathiques, bien que plus marqué, tout aussi subtiles.

 

Comme c'est un album des YYY, on a forcément droit à une magnifique chanson triste qui commence par une belle mélodie au piano. Cette fois, c'est Runaway, qui n'a rien à envier à ses devancières. Larme à l'oeil garantie. Violons qui chialent sans être gênants, et se transforment en sons électroniques pour une merveilleuse outro. Little Shadow, avec son orgue Hammond et sa partie de batterie entraînante n'est pas en reste non plus. Ce sera une question de goûts, à vos chialomètres !

 

Chialomètre

 

Ma note : 7/10


Date de sortie :

Digitale - 10 mars 2009

Physique (USA) - 31 mars 2009

Physique (monde) - 6 avril 2009


Label : Interscope Records

 

Tracklisting :

01 - Zero

02 - Heads Will Roll

03 - Soft Shock

04 - Skeletons

05 - Dull Life

06 - Shame and Fortune

07 - Runaway

08 - Dragon Queen

09 - Hysteric

10 - Little Shadow


Commenter cet article